Sous quelles conditions est-on malussé ?

Vous venez d’avoir eu un accident de route suite à une inattention de votre part et vous vous craignez des conséquences auprès de votre assureur ? C’est tout à fait normal d’avoir une telle angoisse notamment si vous avez eu divers accidents auparavant. Par contre, si c’est la première fois qu’un tel sinistre vous ait frappé sachez qu’il existe des bonus-malus pour tous conducteurs prudents, mais il existe cependant quelques conditions pour l’avoir.

Bonus-malus : qu’est-ce que c’est ?

Pour récompenser ou pour pénaliser leur client, les assurances autos ou motos utilisent des systèmes de pondération d’évaluation de risque en fonction de la sinistralité que celui-là à causer et c’est ce qui définit le bonus-malus. Le bonus-malus est en effet une récompense destinée à être offerte aux abonnés d’une compagnie d’assurance qui n’ont jamais provoqué d’accident avec leurs voitures ou leurs motos. Sur ce cas, le bonus-malis sera moins élevé. À l’inverse, lorsque le conducteur a déjà eu maints accidents, il obtient une sorte de sanction de la part de son assureur et le bonus-malus est alors plus élevé. À noter que c’est le degré de votre bonus-malus qui désigne en majeure partie la somme de votre assurance automobile.

Sous quelles conditions est-on malussé ?

Un malus ne surgit que lorsqu’il y a un responsable en totalité ou en partielle d’un sinistre. Autrement dit, vous ne serez pas malussé que si vous avez été déclaré responsable du sinistre ou bien si les preuves ont montré que vous êtes fautifs à moitié et que les sanctions seront partagées à 50/50. Toutefois, il faut noter que même dans des cas involontaires comme : un tamponnement avec un animal ou bien une collision de pierre sur la voiture, vous serez quand même tenu responsable du sinistre et serez malheureusement malussé. Néanmoins, il existe des cas où vous serez épargné d’être malussé comme : les cas d’accidents apparus sur les stationnements auxquels il n’y a pas d’autres personnes à identifier, les incidents de vol, la cassure d’éléments vitrés.

Le malus : comment cela se calcule ?

Le principe du bonus-malus est simple. Si en une année, vous n’avez pas eu un seul sinistre, vous octroyez une remise de 5 % de votre tarif de base de cotisation d’assurance. Sur ce, la valeur de référence est établie à un coefficient 1 et pour chaque année où vous n’avez pas réalisé aucune éraflure, ce coefficient réduit de 5 % et peut s’atteindre jusqu’à 0,50 au bout d’une dizaine d’années. Entre autres, si au bout de 5 ans, vous n’avez pas produit un sinistre, votre coefficient sera égal à 0,76. En effet, si votre cotisation d’assurance vaut 2000 euros, vous n’aurez qu’à payer 1520 euros. Dans le cas contraire, où vous avez été reconnu responsable d’un sinistre, vous subirez malheureusement une majoration de 25 % si la faute vous appartient en totalité et 12,5 % si les dommages sont partagés.

Covoiturage : faut-il une assurance particulière ?
Dans quels cas doit-on utiliser une assurance temporaire ?